Columnariose (Flavobacterium Columnare ou Flexibacter columnaris)

Sommaire


Introduction

Les affections dues à cette bactérie sont assez fréquentes en aquarium tropical. Son nom n'a strictement rien à voir avec la colonne vertébrale, mais au fait que les bactéries cultivées sur un milieu spécifique ne croissent pas de façon anarchique mais organisée en "colonnes".

Il existe de nombreuses bactéries de la même famille (les Cytophagales) et elles sont considérées comme des hôtes normaux de la peau des poissons. On la trouve d'ailleurs partout, mais principalement dans les sédiments et sur des poissons-hôtes. La gravité de la maladie est en rapport avec le pouvoir pathogène de certaines souches, certaines étant inoffensives, d'autres foudroyantes. On trouvera donc la bactérie sur des poissons dont la mort a été brutale et restée "inexpliquée", les symptômes caractéristiques n'ayant pas eu le temps d'apparaître, tandis que d'autres souches, moins virulentes, développeront des signes caractéristiques bien avant la mort du poisson.

Déclenchement de la maladie et symptômes

Deux organes du poisson peuvent êtes touchés, mais pas nécessairement simultanément: les branchies et la peau. Celle-ci intervient dès que l'hôte est affaibli, quelle qu'en soit la raison (stress, mauvaise oxygénation, pollution organique importante, changements brusques de température, des caractéristiques chimiques de l'eau…) Elle peut se manifester par l'apparition d'une espèce de toile d'araignée sur le museau du poisson, qui peut être confondue avec un champignon. Bien souvent les premiers signes d'attaque sont malheureusement très discrets et peuvent se réduire à l'apparition de taches claires de chaque côté de la tête du poisson, signe d'une infection localisée aux branchies et aux tissus musculaires adjacents.

Au niveau des branchies, on observe une coloration jaunâtre de celles-ci. La maladie évolue vers une nécrose plus ou moins importante (parfois totale.)


Lésion hémorragique avec nécrose de la nageoire

L'atteinte des nageoires puis de la peau est également fréquente, toujours avec ces taches décolorées. De la peau, la bactérie migre dans la masse musculaire et devient rapidement septicémique, avec atteinte des organes profonds (rate, rein, foie…) Les lésions sont toujours hémorragiques (elles saignent.)


Une détresse respiratoire en association avec des taches décolorées sur les côtés de la tête suffisent à détecter la maladie à temps (à plus forte raison s'il existe un "voile" sur le museau du poisson.)

Thérapie

Il est recommandé de maintenir les poissons dans une eau au pH égal ou inférieur à 7, s'ils le tolèrent. La bactérie peut bien évidemment être combattue par de nombreux antibiotiques. Malheureusement, l'aquariophile n'y a pas souvent accès et doit se contenter des substances disponibles dans le commerce spécialisé (se reporter au chapitre "Médicaments".)

Liens

http://www.bacterio.cict.fr/bacdico/ff/columnare.html