Combattant du Siam

Combattant du Siam. Crédit photo : Azerty

Sommaire


Presentation

Nom scientifique : Betta splendens

Nom commun : Combattant du Siam

Origine : Thaïlande, Cambodge, Malaisie

Taille : -mâle : de 4 à 8,voire 12 cm pour les Giants

                -femelles : de 3 à 5/6cm                    pour les plus grandes

Température : 22 à 28 °C idéalement 25.

pH : entre 6.0 et 7.0

gH : de 6° à 10°

Le Betta splendens – appelé aussi combattant du Siam – est un poisson originaire d'Asie du Sud-est, plus précisément de Thaïlande. Il fait partie du groupe des labyrinthidés – des poissons possédant un labyrinthe, organe annexe de respiration - de la famille des bélontiidés, du sous-ordre des anabantoides. C'est sans conteste un superbe poisson, avec ses longues nageoires et ses couleurs variées.

Description

Mâles

Le betta splendens mâle a un corps petit par rapport à ses nageoires. Il existe de nombreuses variétés :

Plakat

Le Plakat est une forme se rapprochant de la forme sauvage du betta splendens. Il possédant des nageoires beaucoup plus courtes, ce qui, par ailleurs, le rend beaucoup plus rapide et agile .


Fighter

Le fighter est une variété de combat possédant des nageoires plus courtes encore que le Plakat Traditionel . Il se doit de posséder un corps extrêmement musclé avec des écailles dures et dents acérées ... Mais aussi, il doit minimiser la période de parade pour passer au combat au plus vite, une agressivité extrême, des technique de combat ...

Halfmoon

Le Halfmoon a une nageoire caudale s'ouvrant à 180°.


Crowntail

Crowntail
Le Crowntail ressemble généralement au Halfmoon, sauf que le bout de ses nageoires part en "pics".



Queue de voile

Le Queue de voile est la forme la moins travaillée, mais aussi la plus courante en animalerie.


Queue double

Le Queue double a la caudale séparée en deux.

Couleurs

Il y a une multitude de couleurs : rouge, bleu, jaune, vert, turquoise, violet, rose, orange, blanc, noir,…Certains sont bicolores, d'autres "métallisés". Bref, les variantes sont innombrables.

Femelles

Femelle

De leur côté, les femelles ressemblent plus aux Plakats : nageoires beaucoup plus courtes, parfois, (mais cela reste rare) on peut trouver des femelle "crowntail". Cependant, leurs couleurs ne sont aucunement ternes, et là aussi, il existe de nombreuses variantes.


Maintenance

Bien qu'il soit vrai que les combattants ne demandent pas un très grand volume, il est faux qu'ils puissent vivre dans un verre d'eau, comme certains le prétendent. Pour un betta mâle seul, un aquarium d'une vingtaine de litres est tout à fait adapté. Pour un mâle et trois femelles seuls, environ 80 litres. Ils peuvent aussi vivre dans de grands volumes, ils y sont plus actifs, cependant il est conseillé de prendre un aquarium pas trop haut, pour que le betta n'ait pas à faire de trop longs allers-retours pour aller respirer à la surface. Il faut également libérer une grande surface à la surface de l'aquarium pour que le combattant puisse aller y respirer. Ils préfèrent que le courant généré par le filtre ne soit pas trop fort. Il leur faut un chauffage.

Paramètres de l'eau

Les combattants apprécient une eau chaude, douce et acide. Une température d'environ 26°C, un gH d'à peu près 8 et un pH de 6.5 sont parfaits pour ce poisson.

Comportement

Les combattants ont un caractère très particulier. Ils portent très bien leur nom, puisqu'ils sont en effet de vrais combattants ! Il est généralement impossible de maintenir deux individus mâles ensemble, sous peine de voir le plus faible des deux mourir, sauf si les deux spécimens ont été élevés ensemble et n'ont jamais été séparés, et encore. De plus, il faut compter trois femelles pour un mâle, pour canaliser l'agressivité et l'ardeur de Monsieur, ou il risquerait de tuer la femelle. Il ne faut pas non plus garder un betta mâle avec des poissons aux longues nageoires, en particulier les guppys, ou leurs belles nageoires réveilleraient l'agressivité du combattant, et il risquerait de les tuer. Il arrive aussi que ce soit les femelles qui attaquent le mâle. De plus, dans tout trio de femelles, il y aura une femelle dominante, qui attaquera sûrement les autres. En bref, le mieux est de maintenir un betta seul. Après, le caractère varie aussi d'un spécimen à l'autre. On peut aussi bien avoir un betta extrêmement calme et passif, qu'un agressif, qui attaque tous les occupants du bac, jusqu'aux planorbes et aux physes.

Nourriture

Les combattants sont relativement tolérants niveau nourriture, et acceptent les flocons et les paillettes. Cependant, ils sont carnivores, c'est pourquoi il est important de leur donner des protéines, style vers de vase, artémias, etc. congelés au moins deux fois par semaine.

La reproduction

Choisir un bac d'une bonne vingtaine de litres, avec couvercle, rempli environ aux 15 cm. Le débit du filtre ne doit pas être fort, de façon à ne pas générer un courant trop important. Ne pas mettre de gravier. Mettre des plantes flottantes – style mousse de java, riccia, etc - et des cachettes.

Penser à préparer les poissons à la reproduction, en leur distribuant de la nourriture congelée pour les fortifier.
Introduire le mâle, et le laisser s'habituer au bac. Ensuite, introduire la femelle dans un récipient, de façon à ce que le mâle puisse la voir, mais pas la toucher. Il va alors commencer la construction d'un nid de bulles, en surface. Cela peut prendre un certain temps. Attention, le nid est fragile !

Au bout d'un moment, on va pouvoir introduire la femelle. Son ventre doit être rebondi. Souvent, elle se positionne tête vers le bas et des bandes verticales apparaissent sur son ventre. Là, on peut la libérer. Le mâle va sûrement la poursuivre et parader.

Si tout se passe bien, l'accouplement commence. Le mâle enlace la femelle et la serre autour de lui. Puis il va desserrer son étreinte, et on va voir les oeufs tomber au fond du bac. Ensuite, le mâle va chercher les œufs et les place dans le nid de bulles. Tout cela se répète plusieurs fois. L'accouplement peut durer jusqu'à quatre heures !

Il faut maintenant enlever la femelle – elle risque de manger des oeufs et de se faire maltraiter voire tuer par le mâle qui la considère désormais comme une intruse – et laisser le mâle s'occuper des œufs.

L'éclosion a lieu environ 24 heures +/- après la ponte.

Au bout de 36 heures environ après l'éclosion, les jeunes ont la nage libre. C'est à dire qu'ils ont résorbé tout leur sac vitellin, et qu'ils n'ont plus la nage "verticale". C'est à ce moment là qu'il faut enlever le mâle et les nourrir pour la première fois.

Il faut au début leur procurer des infusoires. On peut mettre dans l'aquarium quelques grains de riz paddy, ou une feuille de laitue. Quelques temps après, ils accepteront des microvers et des nauplies d'artémias.

Au bout de 2 semaines, les alevins ont une taille approchant du cm et ils commencent a développer leurs nageoires dorsales et latérales. Entre la troisième et la cinquième semaine, il faut faire particulièrement attention, car c'est à ce moment là que le labyrinthe se forme chez les alevins. Eviter donc les courants d'air, ceux-ci pourraient leur être mortel.

Il ne faut pas s'étonner ni paniquer si de nombreux alevins meurent. C'est en effet inévitable.

Au bout d'un certain temps, on va pouvoir distinguer les mâles et les femelles. Dès que les premiers signes d'agressivité se feront ressentir chez les mâles, il faudra les séparer.

Echecs lors de la reproduction

Le mâle ne fait pas de nid de bulle.

La qualité de l'eau intervient directement sur la production des bulles du mâle combattant. Une eau neuve, mais préparée déclenchera souvent l'envie de faire des bulles chez vos mâles. il se peut également que votre eau de conduite soit trop dure et alcaline. Dans ce cas, faites un mélange avec de l'eau douce (eau de source ou eau osmosée). Si votre mâle persiste à ne pas faire de bulle, procurez-vous des feuilles de badamier (terminalia catappa). Le tanin que libère cette feuille dans l'eau (1feuille pour 20 à 50l) stimule le mâle pour la construction du nid.

Le mâle ne s'intéresse pas à la femelle.

Il est peu probable que votre mâle n'apprécie pas sa partenaire, mais cela peut arriver, dans ce cas, proposez-lui une autre femelle. Il est plus fréquent en revanche, que le mâle ne soit pas disposé à s'accoupler, notamment si vous l'avez déjà utilisé pour une précédente reproduction, laissez-lui encore quelques jours pour récupérer. Sinon, vous pouvez aussi introduire dans l'aquarium de reproduction un bocal contenant un deuxième mâle. Cela pourrait le stimuler.

Le mâle est très agressif, il ne tolère pas la femelle dans l'aquarium.

Certains sujets sont particulièrement territoriaux, il est nécessaire de les apaiser avant de leur confier une femelle. Placez les partenaires de manière à ce qu'il puissent se voir sans se toucher pendant quelques jours. L'agressivité du mâle devrait diminuer. Si ce n'est pas le cas, optez pour un aquarium plus long. Ainsi la femelle sera plus facilement tolérée, car elle se trouvera à l'extérieur du territoire du mâle. Ce territoire peut parfois s'étendre à près d'une cinquantaine de centimètres autour du nid. Lorsque la mâle sera prêt, il laissera la femelle s'approcher et la ponte se déroulera sans encombre.

Le mâle et la femelle ne cessent de se battre, pourtant le nid est construit.

Un de vos premiers réflexes doit être de vous assurer que vous êtes bien en présence d'un couple ! Il n'est pas rare de trouver de jeunes mâles aux nageoires courtes vendus pour des femelles. Vérifier la forme du corps et des nageoires, notamment les nageoires pelviennes qui sont assez courtes chez les femelles. Existe-t-il un oviducte ? Si vous êtes persuadé d'être en présence d'un couple, vous pouvez tenter les deux astuces ci-dessus. en cas d'échec, mettez les partenaires en contact mais surveillez-les. Au début, les parades sont inoffensives, puis les coups de gueules deviennent plus violents. C'est le moment de séparer le couple pendant une heure ou deux. Remettez ensuite les partenaires en contact tout en les surveillants, puis séparez-les de nouveau lorsque l'agressivité devient intolérable. Répétez ce processus jusqu'à ce que le mâle conduise finalement la femelle sous le nid.

Le mâle ne parade pas devant la femelle, il est même plutôt craintif.

Il n'est pas rare qu'une femelle tue un mâle. certain mâles ont peur des femelles et celle-ci le sentent. Si vous constatez que votre mâle ne parade pas, il faut lui laissez un peu de temps pour s'entraîner. Isolez-le et présentez-lui régulièrement un petit miroir. Après un premier mouvement de recul il devrait petit à petit prendre un peu d'assurance et finir par parader devant son reflet. Il fera ensuite de même devant la femelle. Notez qu'un mâle qui s'est fait sévèrement maltraiter par une femelle, risque de ne plus jamais accepter de se reproduire.

Le mâle ne récupère pas les œufs lors de la ponte.

Répétez l'expérience une ou deux fois, en changeant de femelle. S'il ne se décide toujours pas à jouer son rôle de père, vous devrez intervenir durant la ponte pour récupérer les œufs à l'aide d'une pipette avant que la femelle ne les dévore. Il faudra ensuite les mettre à incuber selon le processus expliqué ci-dessous.

La ponte s'est bien déroulée mais, le lendemain, il n'y a plus d'œufs dans le nid.

Vérifiez qu'il n'y a pas d'escargots dans l'aquarium, dans l'affirmative retirez-les et recommencez l'expérience. Lors des première pontes certains mâles sont de "mauvais pères", il peut leur arriver de manger les œufs ou tout simplement de ne pas s'en occuper durant la nuit. Une petite veilleuse placée au-dessus de l'aquarium est parfois suffisante pour stimuler l'instinct paternel. Si le problème persiste, il faudra tenter l'incubation artificielle ou changer de mâle.

Les alevins tombent du nid et le mâle ne les récupère pas.

Abaissez encore un peu le niveau de l'eau d'eau, vous pourrez peut-être sauver les jeunes malgré la négligence du père. Autrement, il n'y a malheureusement pas grand chose à faire, sinon de récupérer les alevins à l'aide d'une pipette et de les placer dans un récipient peu profond en attendant qu'ils atteignent la nage libre. Les alevins qui auront presque totalement résorbé leur sac vitellin auront plus de chance de survivre.

L'incubation artificielle

Cette technique en doit être utilisé que pour des frais qui présente un intérêt particulier pour l'éleveur. En effet si pour l'une des raisons évoquées ci-dessus votre mâle ne s'occupe pas convenablement de sa progéniture, on peut se demander si à leur tour ses descendants seront de bons parents. L'éleveur qui pratique l'incubation artificielle doit donc être prudent et noter la particularité de cette portée élevée artificiellement . L'idéal est d'utiliser un petit récipient en plastique que vous pourrez laisser flotter au bain-marie dans l'aquarium. un couvercle de "Tupperware" fait parfaitement l'affaire. Les œufs sont récupérés à l'aide d'une pipette ou d'un morceau de tuyau de petit diamètre (type tuyau à air) puis sont placés dans le récipient. Afin de garantir un bon échange entre les œufs et l'air, il faut limiter la hauteur d'eau à deux ou trois millimètres. Une goutte de bleu de méthylène dilué à 3% permet d'éviter une moisissure trop importante des œufs. Observez attentivement les œufs et n'hésitez pas à retirer ceux qui présentent des filaments ou de la mousse, car ils n'écloront pas et ils risquent même de contaminer ceux qui les entourent. Lorsque les premières larves pointent le bout de nageoires, vous pouvez les transférer dans un récipient plus grand (type bac de glace) et rajouter un peu d'eau, de manière à obtenir une hauteur de l'ordre d'un centimètre. Une fois la nage libre atteinte, augmentez encore le niveau d'eau, toujours en utilisant l'eau de l'aquarium et commencez à nourrir vous jeunes avec parcimonie. Le lendemain qui suit la nage libres, les jeunes peuvent être relâchés délicatement dans l'aquarium et poursuivre leur croissance.


Choisir son betta

Comme pour la plupart des poissons, il vaut mieux acheter ses bettas chez un éleveur ou un particulier. Il est toutefois possible d'acheter son betta en animalerie, ils ne sont pas difficiles à trouver. Ils sont cependant beaucoup moins beaux que ceux d'élevage et parfois en moins bonne santé. Préférer dans ce cas un poisson aux nageoires pas trop longues, en animalerie elles sont souvent synonymes d'un âge avancé.

Maladies

Mâle "queue de voile rouge" guérit d'une pourriture des nageoires causée par une eau trop alcaline.

Un poisson maintenu dans de bonnes conditions est rarement malade. Cependant, il arrive que certaines maladies soient courantes chez certaines espèces. Chez le betta, la pourriture des nageoires fait partie de celles-ci. Les nageoires du poisson sont comme déchiquetées. Attention, la maladie peut évoluer assez vite. Il faut traiter, par exemple, au baktopur ou au baktopur direct si la maladie est à un stade avancé. Vérifier quand même avant de commencer tout traitement que le betta est bien atteint de la maladie, et que ce n'est pas un de ces "colocataires" - si colocataire(s) il y a - qui lui aurait mangé les nageoires. Cette maladie est généralement de cause bactérienne, mais de mauvaise conditions de maintenance et d'hygiène peuvent aussi la provoquer. Une eau trop alcaline ( ph trop élevé ) peut aussi être la cause de cette maladie. Dans ce cas, en plus du pourrissement des nageoires, on observe des branchies noirâtres. Il faut alors établir des paramètres convenables et effectuer le traitement.

Galerie photos

Liens

Vetofish-tip.png Vetofish : Atlas des poissons : Betta splendens
Wikipedia-logo.png Wikipedia : Combattant
Forum.pngAquatribu : Venez discuter du sujet « Combattant du Siam » sur notre forum ...
Internet-logo.png Internet : Reportage sur les Bettas
Internet-logo.png Internet : Album photo Bettas d'Aquabase
Internet-logo.png Internet : Swiss Betta Club
Internet-logo.png Internet : Forum Jurabetta
Internet-logo.png Internet : Reproduction de Bettas
Internet-logo.png Internet : Communauté Internationale pour les Labyrinthidés
Internet-logo.png Internet : Partage de connaissances sur l'élevage du Betta splendens
Internet-logo.png Internet : www.betta-splendens.net