Daphnies

Daphnies

Sommaire


Qu'est-ce qu'une daphnie ?

Ces charmants petits crustacés aquatiques, de la famille des Cladocères, étaient autrefois très abondants dans la nature, et il n'était pas rare de pouvoir en pêcher tout au long de l'année dans les mares de nos campagnes. Hélas, les mares ont en grande partie disparu. Il existe plusieurs espèces de daphnies, dont deux ou trois seulement intéressent l'aquariophile. Sous nos climats, on rencontrera plus facilement deux espèces: Daphnia pulex dans la nature, et Daphnia magna dans les élevages. Une espèce exotique (qui nous vient du Sud-Est Asiatique) est parfois cultivée en raison de sa petite taille qui en fait un aliment de choix pour les alevins: Moina macropora. Toutefois, s'agissant d'une espèce non-indigène, elle devrait être réservée au laboratoire.

Qualité des daphnies

Les Daphnies ne sont pas des aliments très riches, à moins de les utiliser séchées. La teneur en protéines peut atteindre alors 65% (en poids) de la matière sèche. A l'état vivant, la majeure partie de ces proies est constituée d'eau: la teneur en protéines chute alors considérablement. Cependant, leur teneur en acides aminés libres, en vitamines et oligo-éléments en font un aliment de choix. En outre, elles contiennent généralement des algues microscopiques qui ne sont pas totalement digérées et qui apporteront des protéines aux alevins.

L'indice de conversion des Daphnies n'est que de 20, ce qui signifie qu'il faut 20 kg de daphnies pour "fabriquer" un kg de poisson. Ce n'est donc pas un aliment très énergétique, mais il convient bien à l'aquarium d'eau douce, pour "caler" l'intestin de poissons dont la dépense énergétique est assez faible. On lui accorde généralement des vertus laxatives, sa carapace contenant de la chitine, et aussi des bienfaits lors de la mise en condition de géniteurs: elle contient en effet une hormone de la mue, l'ecdysone, stéroïde commun et indispensables à tous les crustacés et les insectes pour effectuer leurs mues. Quoi qu'il en soit, l'apport de nourriture vivante (ou congelée) dans la portion est toujours appréciée.

On sera néanmoins obligé de tamiser les Daphnia magna, celles-ci pouvant atteindre et dépasser la taille de 5 mm !!!

L'élevage des daphnies

The media player is loading...

Les daphnies, comme les artémias des salines se reproduisent de deux façons:

- lorsque les conditions sont favorables (température, densité de l'eau et présence de nourriture) les daphnies sont ovovivipares: les oeufs donnent directement naissance à des nauplii.

- dans le cas contraire, la daphnie pond des "oeufs de durée" (éphippies) qui peuvent résister au froid, à l'absence de nourriture, et même...d'eau.

Autant le dire de suite, l'élevage des daphnies n'est possible que si on dispose d'un minimum de place. Faute de quoi il n'est absolument pas rentable. Si nous faisons exception des élevages "industriels" ou expérimentaux fonctionnant parfois au lisier de porc, il existe deux méthodes à la portée de l'amateur:

- la culture en récipients de petites taille, à température constante: on pourra se procurer avantageusement des récipients, en coupant par exemple le sommet conique de bouteilles d'eau de grand volume (4 litres ou 8 litres.) La lumière est nécessaire, mais pas l'insolation directe ni même l'éclairage artificiel. La nourriture des daphnies pourra être soit planctonique (algues unicellulaires), soit remplacée par de la levure fraîche de boulanger. Cette deuxième méthode est la plus facile, mais également la plus risquée en raison des risques de pollution par la prolifération puis la mort des levures. En conséquence, inutile d'acheter de grosses quantités de levure: n'utiliser qu'une petite quantité et la dissoudre dans de l'eau qui sera distribuée parcimonieusement aux daphnies (1 à 2 gouttes - nourrir souvent mais très peu.) Cette méthode n'est rentable que si on possède toute une batterie de récipients.

- la culture en récipients de grande taille, en extérieur: Si on dispose d'un jardin ou d'un quelconque espace similaire, la culture de Daphnia magna pourra se faire dans des poubelles de 70-100 litres. Elles devront être disposées au soleil, mais non couvertes pour éviter les surchauffes. Du gazon ou quelques feuilles mortes constitueront le premier stade de la chaîne alimentaire que nous allons reconstituer: ces déchets végétaux vont être décomposée par des bactéries en corps simples (sels minéraux et éléments azotés) qui, à leur tour, vont servir d'aliments aux algues unicelulaires. Un engrai liquide, à usage non-aquariophile (donc contenant des nitrates et phosphates) peut également être utilisé. Lorsque l'eau des bacs sera bien verte, les daphnies se multiplieront très rapidement, jusqu'à consommer la totalité des algues. Pour cet élevage en plein air, il est bien évident qu'un des paramètres ne pourra pas être controlé: la température. En hiver donc, le rendement ne permettra pas d'assurer un approvisionnement valable. De plus, même à la pleine saison, on se retrouve tantôt en périodes de pénurie, tantôt en période de surabondance (après un "bloom" algal), cette dernière pouvant être l'occasion de congeler une partie de la récolte. Une autre méthode consiste à avoir deux séries de récipients: une série destinée à la culture des algues, l'autre à celle des daphnies. C'est évidemment la plus rationnelle, puisqu'elle permet une alimentation "contrôlée" des daphnies (dès que l'eau s'éclaircit, il est temps d'ajouter des algues.) Elle n'est pas toujours possible, car elle double l'espace nécessaire. A noter que l'élevage des daphnies en plein air est souvent "contaminé" par des agents perturbateurs: larves de culex ou de chironomes, et même notonectes et dityques, animaux férocement prédateurs qui ne doivent jamais être mis en présence de poissons.

Quelle que soit la méthode employée pour cet élevage, il convient de ne jamais perdre de vue que les nauplii de daphnies remplacent avantageusement ceux des artémias, moyennant un triage au moyen de tamis.

Liens

Wikipedia-logo.png Wikipedia : Daphnie